La fin de l’année 2010 n’était pas la meilleure qu’il soit. Maintenant, 2011 a commencé, et c’est l’occasion de te souhaiter les bons vœux, cher lecteur.

Et puis, si de nouvelles galères arrivent, ce seront des galères 2011. Rétrospective …

Sauf si tu t’es perdu là par hasard, (quelle idée !), tu sais déjà que nous faisons des travaux dans la maison. Outre le devis qui grossit à vue d’œil, et la banque qui n’a toujours pas accordé le prêt, ça se passe plutôt bien pour l’instant. Il a quand même fallu déposer 3 fois le permis à la mairie pour qu’il soit accepté. La cause du dernier refus était un manque d’arbres ! Il y a un quota d’arbres par m² à respecter ! Mais comme le plan du géomètre ne montrait que les abords de la maison, il manquait beaucoup d’arbres …

Cambriolage

En octobre, voila ce que les ouvriers découvrent en arrivant. La serrure est cassée, la porte abimée, et pas mal de matériel a disparu… Selon la police, les auteurs sont des roumains. Ils avaient des gants, et n’ont pas laissé d’empreintes digitales. Mais ils se sont éclairés à l’aide d’une bougie ! Au total, plus de 500€ seraient nécessaire pour racheter ce qu’il nous manque. L’assurance ??? Ha ha ! La maison est en travaux, bla bla … on ne rembourse pas. Ca, c’est fait …

Ca mouille !

Les travaux avancent, et la toiture a été complétement démontée. La conséquence, c’est que dès qu’il pleut, toute l’eau coule à l’intérieur de la maison… Et il a beaucoup plu en décembre ! Le 24 décembre, la plupart des gens font cuire le chapon ou emballent les derniers cadeaux à mettre sous le sapin. Nous, on vidait les 10cm d’eau qu’il y avait au fond de la cave … Et l’on sauvait ce qui pouvait encore l’être. Il y avait des meubles, des ordinateurs, des cadres, des puzzles … Toutes les étagères sont mouillées, et ce qui était dans les tiroirs est trempé aussi.

Ca fume !

And the winner is …. le 29 décembre, j’aidais à rentrer les contacts dans le téléphone de Papa, après le dîner. La lumière à un peu vacillé, puis les plombs ont sauté. Ca arrive de temps en temps, pas de quoi s’inquiéter. Dans le noir, en se déplaçant, on sentait parfois une petit odeur de cramé. Mon expérience m’indique que ça sent le composant électronique qui a chauffé ;-) Avant de remettre le courant, il vaudrait mieux trouver l’appareil électrique concerné, afin de le débrancher. Dans la salle à manger, il n’y a rien à signaler, tout comme dans la cuisine … L’odeur est difficile à localiser, jusqu’à ce qu’on ouvre la porte de la cave. C’est sûr, ça vient de là, vue l’odeur et la fumée. On voyait à peine le bas de l’escalier avec la lampe de poche de mon téléphone. Le pire, c’est que même avec la lampe éteinte, il y avait toujours de la lumière !!! AU FEU !!! AU FEU !!!

Les pompiers ont mis 5 minutes pour arriver, avec 3 gros camions, et la grande échelle. Pendant ce temps, j’ai jeté un seau d’eau sur les flammes, puis un autre, puis un autre au cas ou !

Le tableau électrique a largement brûlé… Les 15 pompiers présents n’ont pas pu tous entrer dans la cave en même temps pour constater que le feu était bien éteint. Ils ont pris des notes et fait des analyses d’air pour vérifier que les fumées n’étaient pas toxiques. Ils m’ont rappelé que jeter de l’eau sur un tableau électrique n’est pas la meilleure idée du monde … C’est vrai, mais je n’avais pas vraiment le choix. Avec les flammes, l’isolant des fils venant de l’extérieur a fondu, ce qui a créé un court circuit franc. Du coup, le disjoncteur général, situé à l’extérieur, a coupé l’alimentation du tableau. Il n’y avait donc plus de courant sur le tableau au moment du seau d’eau. Heureusement …

Nous avons pu dormir (ou plutôt essayer …) dans la maison, mais celle ci se refroidissait. Nous avons en effet ouvert toutes les fenêtres pour laisser s’échapper l’odeur acre de plastique brulé, et la chaudière n’avait plus d’électricité pour pousser la chaleur dans les radiateurs. Le lendemain, un électricien est venu travailler 2h pour remplacer quelques disjoncteurs, et remettre sous tension la chaudière et quelques prises et éclairages dans la maison.

Malgré cela, la chaudière au gaz a refusé de démarrer. Nous avons insisté tout l’après-midi, mais en vain. Le voyant indiquant l’absence de flamme restait désespérément allumé… Un plombier qui travaillait le 31 décembre est passé et il a dit « inversion de polarité » ! Ca veut dire qu’il faut que la phase et le neutre soient respectés pour l’alimentation de l’allumeur de la chaudière ! Ils avaient été inversés lors du remontage du tableau électrique ! Quelques minutes ont donc suffit pour remettre les polarités dans le bon sens … Il suffisait de le savoir !

J’ai donc passé le dernier jour de l’année 2010 à recâbler des fils qui avaient fondu, en les branchant sur des disjoncteurs qui avaient reçus des seaux d’eau sur la tête …

Et vous ?